Il n’y a pas d’âge pour repartir à zéro, tout recommencer, prendre un nouveau départ. Il n’y en a encore moins lorsqu’il s’agit de revoir son orientation professionnelle. Marion de la Forest Divonne l’affirme et le prouve dans son livre témoignage. Interview de l’auteur.

 

1. Bonjour Marion de la Forest Divonne, pourquoi avoir écrit ce livre… maintenant ?

Je me suis réinventée professionnellement à 28 ans, en devenant Coach alors que j’évoluais dans les métiers du Marketing. C’était en 2014, et à l’époque les reconversions chez les jeunes diplômés étaient plutôt rares. Pourtant, quand j’ai partagé ma décision avec mes amis, mes proches, des personnes de mon âge, je me suis rendue compte que mon introspection leur faisait une sorte « d’effet miroir ». En fait, eux aussi se questionnaient sur leur job : « est-ce que je suis vraiment à ma place ? » … « est-ce que ce job est vraiment fait pour moi ? » … « Si je ne fais rien, est-ce que je vais passer à côté de moi-même ? » J’ai été très surprise de ce constat, et je me suis dit que mon cas n’était peut-être pas si isolé que cela, et qu’il y avait peut-être un phénomène de société émergeant sur les réinventions dites « précoces ». J’ai donc écrit ce livre pour partager mon expérience de double reconvertie (car j’ai raté ma première reconversion !) et celle de mes interviewés, mais aussi pour dispenser mes conseils de coach auprès de ceux qui se posent des questions alors qu’ils viennent de commencer leur vie professionnelle. Ce livre, c’est celui que j’aurais moi-même aimé trouvé à la FNAC lorsque je me suis reconvertie à 28 ans 🙂

2. Une page de votre livre, ou un passage, qui vous représente le mieux ?

Cette page, tirée de l’introduction. J’y décris la génération Y, qui est à mes yeux un « reflet grossi » de la société. Car ce qu’elle revendique correspond à la quête d’une vie pour les générations précédentes (avoir un job qui a du sens, qui correspond à ses valeurs, ne pas sacrifier sa vie à son boulot, etc.). C’est un passage dans lequel je me reconnais énormément.

3. Les tendances qui émergent à peine et auxquelles vous croyez le plus ?

Je crois sincèrement que notre futur à tous est placé sous le signe des transitions professionnelles. Selon Emmanuelle Duez, qui a beaucoup étudié les générations Y et Z, nous n’occuperons pas moins de treize métiers différents au cours de notre vie ! Ils me semble donc évident que le fait de savoir se réinventer professionnellement fera partie de l’un des « savoir faire » et des « savoir être » les plus essentiels dans les prochaines années. Je crois aussi beaucoup à la tendance du « slashing », qui consiste à cumuler des jobs différents et qui nous inspirent.

4. Si vous deviez donner un seul conseil à un lecteur de cet article, quel serait-il ?

Si vous souhaitez vous réinventer professionnellement, gardez bien cet équilibre en tête (qui n’est pas facile à trouver !) : il faut avoir à la fois les pieds sur terre et la tête dans les étoiles. C’est-à-dire faire preuve d’une réelle capacité à rêver, à vous projeter dans des activités totalement différentes de la votre, à imaginer des possibles… tout en tentant compte des réalités pratiques, de l’aspect matériel, en pesant les avantages et les inconvénients. Si vous parvenez à être sur ces deux fronts, vous partez avec de sacrés atouts.

5. En un mot, quels sont les prochains sujets qui vous passionneront ?

En ce moment, c’est une question philosophique qui me passionne : comment gérer ce que Christophe André nomme « l’habituation hédoniste » dans le cadre d’une réinvention professionnelle ? (c’est-à-dire lorsque la nouveauté devient une banalité). Ce sera peut-être l’objet d’un second livre 😉

Merci beaucoup, Marion.

Le livre : Réinventer sa vie professionnelle… quant on vient de la commencer, Marion de la Forest Divonne, Eyrolles, 2018.

Propos recueillis par Bertrand Jouvenot | Consultant | Auteur | Speaker | Enseignant | Blogueur

Article initialement publié sur le blog de Bertrand Jouvenot

Share