En raison d’un malentendu, l’intelligence artificielle souffre de cette appellation qui ne lui correspond pas. En réalité, l’intelligence artificielle est une discipline qui n’a rien à voir avec l’intelligence. Luc Julia, l’un des deux créateurs de Siri, l’assistant vocal d’Apple et aujourd’hui Vice-président de l’innovation chez Samsung Electronics, remet les pendules à l’heure dans son dernier livre au titre provocateur : L’intelligence artificielle n’existe pas.

.

 

 

Bonjour Luc Julia, pourquoi avoir écrit ce livre… maintenant ?

 

Parce que de plus en plus on entend dire n’importe quoi a propos de l’IA. Les médias préfèrent le sensationnalisme hollywoodien plutôt que la vérité scientifique. L’Intelligence Artificielle est un outil puissant, mais ne nous met en danger que par la façon dont on décide de l’utiliser. Et s’il est utilisé à bon escient, il nous rend des services extraordinaires. L’Intelligence Artificielle n’a en fait rien d’intelligent, comme tous les outils nous l’avons inventé pour augmenter nos capacités dans des domaines particuliers et cette spécialisation marque justement la différence avec notre intelligence qui est elle est plus générale.

 

 

Une page de votre livre, ou un passage, qui vous représente le mieux ?

 

… En 1997, nous avons construit le premier frigo intelligent, CHeF (Collaborative Home e-Fridge) équipé d’un système qui permettait de savoir ce qu’il contenait. Il était donc capable de proposer des recettes, trouvées sur Internet, en fonction de ce qu’il renfermait. Plus tard, il a pu aussi parler aux placards pour proposer encore plus de recettes. Petit à petit, tous les appareils de la cuisine puis de la maison ont été connectés, le four, la télévision et même la voiture. C’était le tout début des objets connectés, ce qu’on n’appelait pas encore l’« Internet of Things » (IoT).

 

L’année suivante, nous avons créé CARS (Cooperative Agents and Recognition Systems) : un système de navigation alliant une interface multimodale et de la réalité augmentée, quelque chose qui n’est toujours pas déployé aujourd’hui. Le GPS n’était pratiquement pas disponible pour les civils à l’époque, du moins avec une résolution raisonnable, il était totalement contrôlé par l’armée. (…) Dans la continuité du projet précédent, CHeF envoyait le message « Il n’y a plus de lait » à la voiture. Informé, le conducteur demandait par la voix au système de localiser, via Internet, les épiceries les plus proches. Au lieu d’avoir une carte comme on en a dans les GPS aujourd’hui, les informations s’affichaient directement sur le pare-brise, qui devenait ainsi un espace de réalité augmentée. Il suffisait alors d’un simple geste sur le pare-brise pour sélectionner l’épicerie voulue, et le système de navigation prenait la main. Ce système ultra simple et naturel à utiliser, qui superposait des éléments virtuels venus d’Internet sur des scènes réelles, était certainement l’un des premiers systèmes de réalité augmentée à fonctionner dans le monde. …

 

Les tendances qui émergent à peine et auxquelles vous croyez le plus ?

 

On parle beaucoup de l’analyse d’images, de radiographies, par l’Intelligence Artificielle qui permet d’épauler les médecins dans les diagnostics de certains cancers. Mais dans ces disciplines médicales, un domaine encore inexploré car relativement nouveau, est la compréhension et la réparation de l’ADN. La complexité et la combinatoire intrinsèques aux séquences génétiques en font un terrain d’application potentiellement extraordinaire pour cette IA qui se révèle particulièrement efficace pour traiter les problèmes statistiques.

 

Si vous deviez donner un seul conseil à un lecteur de cet article, quel serait-il ?

 

Ne croyez pas ce qu’on vous raconte, faites vous votre propre opinion, pour cela soyez curieux et éduquez vous sur le maximum de sujets. Le plus grand danger a ne pas comprendre les technologies, quelles qu’elles soient, est de laisser un petit groupe vous manipuler en vous faisant croire que c’est de la magie. Une société qui doute et qui questionne, une société éduquée, est plus forte face à ceux qui veulent nous soumettre.

 

En un mot, quels sont les prochains sujets qui vous passionneront ?

 

Il y a de multiples aspects qui seront passionnants dans les années à venir, qui sont autant de défis pour nous. Nous ne sommes qu’aux balbutiements de ces technologies d’Intelligence Artificielle basées sur le “big data” et le “machine learning”: qui ont encore beaucoup de choses á nous donner dans de multiples domaines comme la médecine ou les transports. Mais nous devons rester vigilants face aux dérives possibles liées aux choix et manipulations des données, les biais qui peuvent en découler, les discriminations ou les violations de la vie privée qu’ils peuvent engendrer. Mais aussi les problèmes environnementaux et les coûts énergétiques de ces systèmes á cause d’une concentration des données . Trouver des techniques, de nouveaux outils, pour palier a ces diverses problèmes sont des sujets de recherche encore à explorer.

 

 

Merci beaucoup, Luc Julia.

 

Propos recueillis par Bertrand Jouvenot


Le livre : L’intelligence artificielle n’existe pas, Luc Julia, Editions First, 2019.

%d bloggers like this: