L’immense taille des géants de l’Internet, couplée à leur ingérence dans notre économie, nos industries et nos vies, obligeront à réglementer. Sept chantiers majeurs sont parfaitement identifiables. Mais, les schémas de pensée du passé pénaliseront sans doute toute tentative, si elle-même ne tend pas vers une évolution de la manière de réglementer.

 

Tout a commencé aux Etats-Unis, comme souvent, il y a quelques années. L’histoire se passe à San Francisco.

Mince… Je me suis encore fait piquer la place

Qui n’a pas ragé de voir une voiture se garer justement là où nous voulions garer la nôtre ?

A San Francisco, la société à l’origine de l’application MonkeyParking  l’avait bien compris. Son application permettait à un automobiliste sur le point de prendre sa voiture, d’informer les autres utilisateurs de l’application, qu’il allait libérer une place et de vendre cet emplacement.

Petit problème, en faisant cela la société introduisait un problème juridique inédit : elle rendait possible la commercialisation par les particuliers de parcelles appartenant au domaine public, et donc à tous.

 

Sept chantiers prioritaires

Derrière cette situation apparemment anodine, se cache un changement de fond qui appelle une prise de conscience de nos gouvernements, pour réguler ou non, dans sept domaines au moins, que l’avènement des plateformes a transformés.

L’accès aux plateformes : par-delà le fait d’interdire l’accès à certaines plateformes aux gens parce qu’elles sont illégales, parce qu’ils y seraient en danger, parce qu’ils sont trop jeunes… Lire la suite dur 7X7