La Chine est en passe de devenir le leader mondial de la distribution. Et ce grâce au géant du e-commerce Alibaba qui impose de plus en plus son modèle de « New Retail ».

L’histoire du e-commerce en Chine est bien différente de celle des Etats-Unis ou de l’Europe. Son véritable coup d’envoi a été donné par la société Alibaba, qui a commencé par mettre en relation des acheteurs et des vendeurs avec une logique très BtoB. Aujourd’hui, Alibaba est le plus gros distributeur en ligne du monde : en 2017, il a enregistré un volume d’affaires annuel (transactions qui se déroulent sur sa plateforme) de 547 milliards de dollars.

Lors du « Singles’ day » – la journée des célibataires chinois, le 11 novembre, au cours de laquelle les marques rivalisent de promotions – les ventes excèdent celles du « Black Friday » et du « Cyber Monday » américains réunis. En 2018, Alibaba a pulvérisé les records en réalisant plus de 30 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 24 heures.

L’entreprise de Jack Ma n’a de cesse de vouloir moderniser le commerce en Chine (lire aussi la chronique : « Alibaba : le premier vrai défi lancé au modèle économique d’Amazon »). Et cela passe notamment par cinq pratiques que l’on pourrait voir prochainement être adoptées en France.

1. Les « pop-up smart stores »

Les « pop-up smart stores » sont des magasins éphémères qui ont pour ambition d’articuler vente en ligne et vente physique, tout en personnalisant l’expérience client. Dans ce type de boutiques, seul un échantillon représentatif de produits est entreposé. Pour avoir accès à davantage de tailles ou de coloris, les clients peuvent approcher un article équipé en puce RFID des « cloud shelves » (écrans interactifs donnant accès à la plateforme de vente en ligne). Ils pourront ensuite scanner le QR code d’un produit, de manière à l’acheter via leur téléphone portable et poursuivre leur shopping sans être encombré par leurs achats.

2. La digitalisation des magasins de proximité

Alibaba a lancé l’initiative « Ling Shou Tong » (ou « Integrated retail ») visant à aider les commerces d’une zone, les magasins de proximité et autres petites boutiques familiales dont regorge la Chine, à prendre eux aussi le virage numérique, en leur apportant une aide en termes de gestion de leurs stocks et de logistique.

Lire la suite sur Hbrfrance.fr

%d bloggers like this: