Espérons que la robotique ne robotisera pas l’homme. Espérons aussi que nous saurons écouter celles et ceux qui réfléchissent depuis plus longtemps que nous, et bien avant l’avènement des nouvelles technologies, pour éclairer notre lanterne, tel Diogène qui cherchait l’homme.

 

1. Bonjour Jean-Marie Huet, pourquoi avoir écrit ce livre… maintenant ?

C’est tout un ensemble, une sorte de puzzle. J’ai commencé par un premier ouvrage “La révolution numérique de demain, chez Editions du Panthéon”, maintenant épuisé. Il décrit toute l’évolution de l’informatique à la micro-informatique (Apple, IBM,….premières lignes de dialogue en DOS, car la souris et Windows n’existaient pas, écriture des programmes en Fortran IV où chaque ligne nécessitait une carte perforée). Heureusement, l’invention de la souris et des systèmes d’exploitation des ordinateurs (versions progressives de Windows) ont permis, par les clics, d’utiliser plus facilement le micro-ordinateur. Donc cet ouvrage décrit plutôt le passé, avec une incursion dans le présent de maintenant.

Ce tome II, lui, concerne essentiellement le présent d’aujourd’hui (Réalité Augmentée, Réalité Virtuelle, les réseaux sociaux, la jurisprudence essayant d’encadrer cette transformation digitale (robots civils ou militaires, dématérialisation, cybersécurité, RGPD, la transition écologique….et les futures voitures intelligentes de demain que la 5G permettra d’utiliser). Il y a donc une petite ouverture sur l’avenir.

Le tome III, que je suis en train d’écrire, lui sera complétement axé sur le futur (IoT et réseaux téléphoniques, ordinateurs numériques puissants (HPC) et, peut-être, quantiques, l’industrie du futur, le e-marketing….).

 

2. Une page de votre livre, ou un passage, qui vous représente le mieux ?

J’aime bien la page 159, montrant 4 photos concernant l’évolution des transports actuels, en zones urbaines. C’est fondamental pour être en accord avec la transition écologique

3. Les tendances qui émergent à peine et auxquelles vous croyez le plus ?

L’ordinateur quantique, en complément des ordinateurs classiques numériques (HPC “calculs de hautes performances” , forum “Terarec” à Polytechnique” sur la simulation numérique et le Big Data, réunissant de nombreux acteurs industriels et de recherche). La physique quantique est très difficile à appréhender…(outils et équation mathématiques très complexes).

Dans ce type d’ordinateurs, on ne manipule plus des bits (déterministes, à 2 états logiques binaires : ou 1; mais des qubits (probabilistes, avec deux états possibles simultanés). Les portes logiques de l’ordinateur numérique classique sont connues depuis longtemps et se perfectionnent toujours. Les portes quantiques sont beaucoup plus difficile à réaliser, et les flux de données à faire transiter nécessite, beaucoup de qubits, utilisant des portes quantiques complexes (qui, comme mes circuits numériques complexes, sont des assemblages de portes logiques quantiques élémentaires. Une directrice de recherche au CNRS (Mme Pascale SENELLART-MARDON, article dans le n° 500 de “Pour la Science”), qui a cofondé la start-up “Quandella”, explique, grâce à la voie optique, qu’il est possible de produire de nombreux photons uniques pour faire du calcul quantique ! L’ordinateur quantique pourrait vite progresser. Son intérêt majeur résiderait dans la cryptographie. Tout cela sera abordé dans le tome III.

 

4. Si vous deviez donner un seul conseil à un lecteur de cet article, quel serait-il ?

N’avoir aucune panique pour affronter cette grande révolution, qui modifiera (plus ou moins vite) le monde du travail (reconversions…, il existe de nombreuses formations en ligne; et de l’entreprise (de la DRH DG……jusqu’aux employés et informaticiens où la communication sera fondamentale. Mon inquiétude concerne plutôt les zones rurales, plus isolées et moins aguerries à cette transformation, bien que là, aussi, tout dépendra des initiatives de quelques leaders.

Enfin, attention aux adolescents qui, parfois, utilisent abusivement le smarphone (un GPS n’est pas toujours nécessaire pour aller d’un point A à un point B, réseaux sociaux : une déconnexion est parfois nécessaire, par exemple en vacances…).

 

5. En un mot, quels sont les prochains sujets qui vous passionneront ?

Les prochains sujets qui m’intéressent sont de voir comment notre société française va absorber ces révolutions, qui vont de pair : numérique, écologique et éduvative !

 

Merci beaucoup, Jean-Marie Huet.

 

Le livre : La révolution numérique de demain (Tome II), Jean-Marie Huet, Editions du Panthéon, 2019.

Propos recueillis par Bertrand Jouvenot | Conseiller | Auteur | Speaker | Enseignant | Blogueur

Interview initialement publiée sur le blog de Bertrand Jouvenot

%d bloggers like this: