Quand arrive l’heure du choix des options à privilégier en termes de stratégies digitales, un livre s’impose : Dopez votre stratégie digitale de Bertrand Jouvenot. L’expérience et l’expertise des auteurs des éditions Eyrolles peuvent égalent contribuer à faire la différence. C’est pourquoi nous avons interviewé Didier Noyé, auteur de Prendre une fonction de manager pour lui demander quelle fiche pratique du livre il préfère.

 

Bonjour Didier Noyé, quelle fiche pratique du livre Dopez votre stratégie digitale de Bertrand Jouvenot aimeriez-vous commenter, recommander, utiliser ?

 

Voici un livre tout à fait intéressant par sa forme et son contenu. Ne soyez pas effrayés par les 430 pages car la lecture est modulaire et il est facile de naviguer dans les 7 cahiers grâce aux parcours proposés. Ces 72 fiches de méthodes sont très riches, puisées aux meilleures sources, sources qui sont d’ailleurs toujours précisées. Chaque cahier proposé est une mine et par exemple le cahier N° 3 constitue en soi un livre sur l’innovation.

J’ai été intéressé par de nombreuses fiches. Citons à titre d’illustration :

  • La fiche 3 présente une matrice de la transformation digitale de l’entreprise. Elle propose une feuille de route pour conduire cette transformation en considérant six critères (Leadership, culture et organisation, technologie, expérience client, etc.).  Pour chaque critère, le parcours enchaîne les opérations : auditer, planifier, tester, déployer, optimiser. Cette fiche offre une vue d’ensemble et l’approfondissement s’articule avec d’autres fiches, par exemple pour évaluer la maturité digitale de l’entreprise ou pour dresser la carte des parties prenantes.
  • La fiche 32 propose un canevas pour réfléchir au modèle économique de l’entreprise avec 9 rubriques classées en 3 domaines : aspects financiers, efficience de l’entreprise (activités, partenaires, ressources), enfin la valeur créée pour les clients. Mais surtout cette fiche donne des conseils pratiques pour organiser et visualiser une réflexion collective sur un tel sujet.
  • La fiche 33 montre que l’innovation ne se réduit pas à l’innovation produit ; elle signale 10 utilisations possibles des nouvelles technologies pour introduire l’innovation, d’après le modèle de Doblin.

J’ai un regret cependant. La lecture du sommaire montre que le virus de l’anglicisme atteint des proportions inquiétantes. L’auteur fait peu d’effort pour adapter les notions présentées à la langue française qui se trouve piétinée comme jamais. Personnellement j’y vois une soumissions culturelle qui fait penser aux Gaulois conquis par les Romains ; ils mettaient leur fierté à porter la toge et fréquenter les thermes. Certes on parle de plus en plus ce sabir dans nos entreprises ; ces coups de pied à la langue française contribuent à son affaissement. Mais si un auteur, si un éditeur, ne proposent pas les gestes barrières, qui freinera l’épidémie ?

Je dis cela tout en soulignant qu’il s’agit d’un livre de référence ; les dirigeants et ceux qui les conseillent auront à cœur de le garder à portée de main. Signalons de plus qu’il nous donne de bonnes formules comme celle-ci : « Un produit qui a besoin d’explications pour être pris en main et utilisé provient sans doute de chez un antiquaire ». Enfin dans votre lecture, allez jusqu’à l’annexe 4 : les 27 questions posées par les startupers à des candidats au recrutement– c’est un petit bijoux.

 

Merci pour cette réponse Didier,

 

Merci Bertrand,

 

Didier Noyé est l’auteur de Prendre une fonction de manager, Eyrolles, 2020.

 

Article initialement publié sur le blog de Bertrand Jouvenot | Conseiller | Auteur | Speaker | Enseignant | Blogueur

%d blogueurs aiment cette page :