Syndrome de la page blanche, manque d’inspiration, manque d’idées. Difficile de publier aussi souvent qu’Internet l’exige. Une technique pour résoudre ce problème consiste à créer des séries. Voici quelques idées que nous avons expérimentées avec succès.

 

Interviewer les autres

Interviewer les auteurs de livres abordant des sujets proches ou connexes à ceux de votre blog est une première piste efficace.

Les auteurs ont généralement envie que l’on parle de leurs ouvrages tandis que leurs maisons d’éditions peinent souvent à leur obtenir des articles dans la presse ou des passages dans les médias (radio, télévision…).

Les auteurs savent écrire et ont beaucoup à dire sur leurs sujet.

Nous avons donc créé sur notre blog une rubrique consacrée aux interview d’auteurs. Environ tous les mois nous allons sur les sites des éditeurs publiant des œuvres abordant des sujets dont nous parlons sur notre blog : Dunod, Eyrolles, Maxima, Kawa, Diatineo… Un coup d’oeil rapide à la partie « Nouveauté » ou « A parâtre » de leurs sites permet de répérer des livres ou des auteurs qui retiennent notre attention. Quelques clics pour aller trouver leurs coiordonnées sur LinkedIn et nous voilà en train de elur proosper une interview… que la plupart acceptent bien volontiers.

 

Nos meilleurs interviews ont permis d’enregistrer plus de 20 000 lecteurs, soit autant, voire plus, que n’en obtiendrait un article dans un quotidien prestigieux comme Le Monde, le Figaro ou Libération (n’oublions pas que 100% des articles d’un journal ne sont jamais lu et que chaque article est en concurrence avec les autres article de ce même journal, parus aussi ce jour là).

Quelques exemples d’interview :

 

Inventer de nouveaux formats éditoriaux

Le concept de la Question qui tue a également rencontré un beau succès sur la toile. Mais au fait : « Qu’est que la « question qui tue » ? »

 

La Question qui tue est une interview, au format inédit, que nous réalisons avec des personnalités.

Le principe de la Question qui tue et les règles du jeu sont simples :

1 – L’interview est composée d’une seule et unique question.
2 – Celui ou celle qui répond, doit le faire exclusivement par écrit, via e-mail.
3 – L’interviewé a carte blanche et je n’interviens aucunement sur sa réponse.
4 – La réponse doit contenir à minima une dizaine de lignes, mais peut faire plusieurs pages et pourquoi pas, devenir le point de départ d’un prochain livre de l’interviewé.
5 – Toutes les photos, tous les liens hypertextes, toutes les vidéos, sont les bienvenues.
6 – L’interview est publiée sur le blog de Bertrand Jouvenot et sur Linkedin
7 – L’interviewé fera de son mieux pour répondre aux commentaires laissés sur Linkedin et Twitter notamment.

Quelques exemples :

 

La question qui tue à Guy Marty – La question qui tue : « Bonjour Guy Marty. Vous observez l’immobilier depuis des décennies. Nombre de vos prédictions se sont avérées justes. Notre question est la suivante : « Quel sera le prix du mètre carré dans les smart cities ? » Lire la suite

 

 

La question qui tue à Viviane de Beaufort – Bonjour Viviane de Beaufort. Vous êtes engagée dans le combat de la mixité, passionnée par la génération start-up, et également experte des questions européennes, du droit des affaires et de la gouvernance d’entreprise. Notre question qui tue : « La nouvelle entreprise que l’on nous promet, va-t-elle supprimer, atténuer, ou accentuer les inégalités hommes-femmes ? »Lire la suite

 

La question qui tue à Jeanne Bordeau – Bonjour Jeanne Bordeau. Nous connaissons votre attachement à la langue. Selon vous, une écriture digitale émerge, l’intelligence artificielle est en train de tout bouleverser, les robots pourraient peut-être même parler mieux que nous à termes. Notre question qui tue : « Le français est-il une langue morte ? » Lire la suite

 

 

Oser l’humour

Celles et ceux qui pensent que l’on n’a pas le droit de plaisanter un peu, que l’on ne peut pas être tout à fait professionnel et drôle à la fois, se trompent. Pendant très longtemps, les dessins humoristique de Jacques Faizant furent ce que les lecteurs du pourtant très sérieux Figaro, regardaient en premier et surtout de manquaient jamais.

Nous concernant nous nous sommes autorisés à publier régulièrement des devinettes humoristiques destinées à permettre aux uns et aux autres d’améliorer leur culture digitale.

Quelques exemples :

« Quelle est la position du Kamasutra préférée de Jeff Besoz ? » La réponse est ici.

« Quelle est l’épitaphe digitale de Larry Page ? » La réponse est par là.

« Quelle album de Tintin s’est vendu à plus d’un milliard d’exemplaires dans la Silicon Valley ? La réponse se cache derrière ce lien.

 

 

Inviter d’autres rédacteurs

Le guest blogging consiste à inviter d’autres rédacteurs à publier des articles sur son propre blog.

Une tactique que nous avons adoptée. L’occasion de remercier Océane Mignot, la première à avoir accepté. Avant d’être rejoins par d’autres comme Emmanuelle Blons ou Ferréole Lespinasse.

La plupart d’entre eux sont des auteurs de livres que nous avons interviewés. Ils écrivent bien, sur des sujets communs aux nôtres, ont toujours un passage de leurs livres à mettre en avant, une idée qui leur est venue après la publication de leurs ouvrage et qu’ils regrettent de ne pas avoir eu à l’époque, un complément à apporter pour mieux préciser leurs pensées suite à des commentaires de lecteurs, les premières pages d’un prochain livre méritant d’être testées en les publiant sous forme d’articles, etc. Bref, ils apportent beaucoup de contenus de qualité.

 

Mettre en lumière ceux qui la recherche

Le web est aujourd’hui exploiter par celles et ceux qui cherche à faire connaître ce qu’ils peuvent faire pour vous, autrement dit ce qu’ils cherchent à vous vendre…

Nous avons rebondi sur cette opportunité en proposant à des experts de nous coacher. Nous avons baptisée cette rubrique les Master Class.

L’idée est simple. Nous avons tous besoin de conseil, même lorsque l’on est soi-même expert. Mais pas question de faire travailler gratuitement d’autres experts. Alors nous interviewons des experts, mais uniquement sur des sujets correspondant à des problématique très poussées.

Ainsi l’interview :

  • Leur permet de valoriser leur expertise, sans cannibaliser leur activité, puisque mes questions sont celles d’un utilisateur déjà lui-même très expert (win)
  • Me permet d’obtenir une réponse à mes propres questions (win)
  • Nous donne une visibilité commune (win win)

Un exemple de Master Class réalisée avec un spécialiste de LinkedIn, Bruno Fridlansky est à découvrir ici.

 

 

Exploiter les ficelles du web

Le web est un média participatif. Alors pourquoi pas mettre les internautes à contribution. Ils adorent.

Dans cet esprit nous avons crée une rubrique Crowd-testing. Le crowd testing consiste à mettre à contribution des internautes pour évaluer ou tester un produit, un service ou un concept) fonctionne

Ainsi, nous avons :

 

S’autoriser l’auto-citation

Les citations célèbres et inspirantes ont fini par polluer les réseaux sociaux tant elles ont fait l’objet d’un usage excessif.

Nous concernant, nous n’avons jamais posté ou relayé des citations. En revanche, nous avons inimaginé des aphorismes que nous publions au fil du temps et venant ponctuer, le flux régulier d’articles sérieux que nous publions depuis des années dur notre blog, hebdomadairement.

Cela constitue un contenu que les gens aiment bien partager.

Curieux de connaître des exemples, c’est par ici.

 

Donner un coup de pouce aux jeunes pousses

Les start-up prolifèrent et certaines de ces jeunes pusses méritent justement un coup de pouces. De là à interviewer leurs fondateurs, il n’y avait qu’un pas, que nous avons franchi en tendant le micro à Vincent Gunther, cofondateur de Bookinou.

Nous lisons de moins en moins. Sans parler de nos enfants. La start-up Bookinou relève le défi de donner envie de lire grâce à une expérience de lecture ludique et autonome. L’interview est ici.

 

 

Paris, France
Eté 2019

%d blogueurs aiment cette page :