“Un mauvais recrutement coûte très cher à l’entreprise”. “Il a fait beaucoup de mal à notre entreprise”. “Se séparer de quelqu’un, c’est compliqué”. “Il faut en moyenne deux ans à une société pour comprendre qu’une personne n’était pas celle qu’il aurait fallu recruter”. Autant de phrases que l’on entend dans presque toutes les entreprises. Le problème provient souvent des difficultés qu’ont les sociétés à réellement bien cerner en amont la personnalité des candidats. Pourtant, un florilège de questions permet de découvrir un individu. Souvent issues du monde digital, elles font mouche.

Nous avons souvent recruté et avons aussi passé beaucoup d’entretiens. Rares furent les questions qui sortaient du cadre bien établi de l’entretien d’embauche classique. Pourtant, ce sont précisément celles-ci qui ont fait la différence, dans un sens (recruteur) ou dans l’autre (recruté).

Une multitude de questions insolites, atypiques, inhabituelles, existent. Charge à nous de savoir les amener, de juger s’il convient de les poser ou non, de les présenter comme n’étant pas des questions pièges, de rester bienveillant et surtout d’écouter les réponses les oreilles grandes ouvertes.

Ces questions se posent naturellement en fin d’entretien et à condition que celui-ci se soit suffisamment bien déroulé, que la personne soit suffisamment à l’aise, que la culture de l’entreprise l’autorise, etc.

Nous les livrons ici, sans classement particulier, préférant ainsi mieux faire ressortir leur singularité et leur caractère inattendu. Sans résister non plus à la tentation de révéler quelques réponses entendues ici ou là, pour pimenter un peu votre lecture.

 

1 Qu’auriez-vous fait dans la vie, si vous aviez fait autre chose qu’aujourd’hui ? Un bon moyen de savoir si le candidat est dans une voie professionnelle plus ou moins en résonance avec ses aspirations, plus personnelles. Un futur manager m’avoua qu’il aurait été légionnaire. Son management s’avéra en effet très militaire.

 

2. Quels sites trouve-t-on dans vos favoris ? L’une des questions préférées de Sergey Brin, cofondateur de Google. Une manière détournée de comprendre l’utilisation faite du digital par un candidat. Plutôt professionnelle ou plutôt personnelle. Plutôt hyper centrée sur son métier ou au contraire plutôt ouverte sur d’autres horizons, etc. C’est avec cette question que j’ai découvert Slack et les vertus de cet outil de travail collaboratif.

 

3. Pourriez-vous me parler d’un sujet que je ne connais pas et m’apprendre quelque chose à son propos ? Cette question est l’une que Lary Page, cofondateur de Google, aime poser. Elle lui permet de déceler la curiosité intellectuelle d’une personne, ses capacités de communication et son degré d’empathie.

 

4. Pourriez-vous choisir un sujet, n’importe lequel, et m’en parler pendant trois minutes ? Une question suggérée par Peter Drucker en personne, pour évaluer le niveau d’intelligence d’une personne. Plus la personne est en mesure de développer un sujet, sous un grand nombre de facettes, plus intelligente elle sera. Un jour, une candidate m’a ouvert l’appétit en me parlant de cuisine thaïlandaise et en m’éveillant à cette culture. Elle était par ailleurs effectivement intelligente.

 

5. Quelle question sur vous aimeriez-vous que vos futurs collègues vous posent ? Une question qui permet de déceler l’image que la personne souhaitera renvoyer aux autres, ou la nature de la légitimité dont elle souhaitera se prévaloir, ou la position qu’elle ambitionnera d’occuper au sein d’un groupe, etc. J’ai découvert en posant cette question qu’une stagiaire toute menue et toute timide avait une formation de chanteuse lyrique, son propre groupe de rock et une passion pour Cigarette after sex.

 

6. Quelle note sur 5 aviez-vous donné à ma candidature avant de me rencontrer et quelle note lui donnez-vous à la fin de cet entretien ? Une question osée mais très maligne. Il vaut mieux la poser lorsque l’on sent que l’entretien s’est bien passé et que le recruteur est séduit, pour se démarquer d’autres bons candidats également en lice. Si l’entreprise a choisi de rencontrer le candidat c’est que sa candidature était au-dessus de la moyenne, ce qui donne au pire une note de 3/5. Difficile alors pour le recruteur d’annoncer ensuite une note plus basse. La perche lui est donc tendue pour qu’il table sur une note post-entretien de 4/5. Ce faisant, le candidat a conduit le recruteur à formuler à haute voix qu’il lui attribue une note de 4/5, qui elle-même ramenée sur 20 donne tout de même un 16/20. Les plus habiles pourront même, au moment de poser la question, souffler des réponses avec des décimales. Exemple : Quelle note sur 5 aviez-vous donné à ma candidature avant de me rencontrer et quelle note lui donnez-vous à la fin de cet entretien ? 3,5/5, 4/5, 4,5/5 ? Un moyen d’encourager celui qui répond à attribuer une note plus élevée encore. Un 4,5/5 équivalant à un 18/20. Petit clin d’œil à celle qui me posa cette question la première fois et qui se reconnaîtra.

 

7. Quels sont les applications mobiles dont vous ne pouvez plus vous passer ? Là encore un moyen d’en apprendre beaucoup sur quelqu’un. Pratique-t-il la méditation au moyen d’applications comme Calm ? S’assure-t-il des moments de travail parfaitement déconnecté d’Internet en utilisant Wisdom ? Se préoccupe-t-il de sa productivité personnelle avec EverNote ? Est-il attentif à son équilibre alimentaire ? S’astreint-il à faire un minimum de sport chaque jour ? Est-il un passionné d’actualités ? Aime-t-il la cuisine ?

 

8. En entendant le mot “succès”, à qui pensez-vous en premier ? Une question qui permet de comprendre l’univers de référence de la personne : le monde des affaires, le monde des arts, le sport, la politique, ses proches…

 

9. Quelle entreprise auriez-vous été fier de créer ? Un moyen de comprendre quel type de mission d’entreprise la personne affectionne. Une entreprise qui a démocratisé l’utilisation des nouvelles technologies comme Apple, qui a participé à l’émancipation de la femme comme Chanel, qui a permis à chacun de rester de grands enfants comme Walt Disney, qui a établi les nouveaux standards du e-commerce comme Amazon, qui détonne par sa communication comme Red Bull, qui participe à la démocratie comme Mediapart, etc. C’est avec cette question que j’ai découvert InnoCentive, un site d’open innovation qui disrupte les R&D et avec lequel travaille beaucoup Procter & Gamble.

 

10. Pourriez-vous évoquer une chose à laquelle vous croyez et que les autres considèrent comme insensée ? La question est de Peter Thiel, co-fondateur de PayPal. Cette question permet d’évaluer jusqu’à quel point une personne est ancrée dans ses propres convictions. Croire à une forme de vie extra-terrestre très éloignée (microbes, plancton…) est une chose. Croire que les martiens existent et qu’ils ont déjà visité la terre en est une autre. Un jour, un candidat m’a soutenu qu’il pensait qu’il n’y avait aucun risque à utiliser le site Couchsurfing.

 

11. Quel est le livre que vous avez le plus souvent offert ou que vous aimeriez offrir régulièrement ? En apparence anodine, cette question permet d’en apprendre sur les valeurs d’un individu. Offrir Le Prophète de Khalil Gibran, n’a pas la même signification que d’offrir Le Parfum de Suskind, Vingt-quatre heures de la vie d’une femme de Stefan Zweig, 99 Francs de Frédéric Beigbeder ou un livre de Michel Houellebecq.

 

12. Qu’avez vous acheté, à moins de 100€, et qui a le plus positivement impacté votre vie ces six derniers mois ? Plus inattendue, cette question conduit le candidat à parler de lui, de sa famille, de son quotidien. Dans le top trois des réponses à cette question figurent les Cookeo, les Fitbits et bien sûrs des smartphones. Un jour, une candidate a répondu “la veste que je porte en ce moment et qui m’a mise en confiance pour cet entretien qui va me permettre de rejoindre votre société”.

 

13. Au réveil, à quoi ressemble les soixante premières minutes de votre journée ? A cette question, le workaholic avouera qu’il regarde ses e-mails, le sportif précisera qu’il fait ses exercices, le fumeur qu’il grille une cigarette… Autant d’occasions d’en apprendre davantage sur la personne, de la faire parler d’elle. Une fois, j’ai été gêné de voir une candidate rougir et tenter de dissiper un sourire…

 

14. Quel sujet aborderiez-vous si vous deviez donner une conférence à TED ? Parfois les gens ne connaissent pas encore TED. Souvent la question gène un peu car elle suppose de se projeter comme quelqu’un capable d’influencer et de changer le monde. C’est malgré tout avec cette question qu’en écoutant un candidat qui me parlait de crowdfunding que j’ai mieux compris Indiegogo et Kickstarter.

 

15. Quels MOOCs avez vous regardé récemment ou quels MOOCs envisagez vous de visionner prochainement ? Une super question pour connaître les sujets dans lesquels un candidat s’investit intellectuellement et/ou professionnellement. Un moyen détourné également d’évaluer sa capacité à visualiser des vidéos en anglais.

 

16. Quel meilleur investissement (en temps, en argent, en énergie…) avez-vous fait dans votre vie ? Vous l’avez compris, la question est là pour voir si l’individu est “people oriented” comme disent les américains, ou focalisé sur les biens matériels, ou tourné sur la santé ou le bien-être (de lui même ou de ses proches), ou la nature, ou la vie sociale, etc.

 

17. Y a-t-il une citation qui vous parle, vous inspire, vous guide, vous correspond ? Laquelle ? Tout le monde aime les citations et cette question en apparence banale engendre parfois des réponses surprenantes comme : “La vie c’est ce qui vous arrive, pendant que vous faites des projets”, John Lennon ou “L’esprit est comme un parachute. Il marche mieux quand il est ouvert”, Rickson Gracie ou “On a deux yeux, deux oreilles et une seule bouche pour écouter et observer deux fois plus qu’on ne parle”, proverbe chinois.

 

18. Quel est le pire conseil que l’on vous ait donné ou que vous ayez vu être donné, au cours de votre vie ? Une question qui peut permettre de déceler combien l’entourage familial a pu influencer par exemple une personne, avec plus ou moins de bonheur et de succès d’ailleurs.

 

19. Si vous pouviez écrire ce que vous vouliez sur un immense panneau d’affichage vu de tous, qu’y serait-il inscrit ? La question type pour savoir ce qu’un candidat considère de consensuel et de politiquement correct. Vous n’imaginez pas le nombre de Yes We Can entendus ou de Work Hard, Play Hard.

 

20. Quels conseils donneriez-vous à vos pairs de 20 ans, de 30 ans, de 40 ans… ? Un bon moyen pour mesurer le cheminement personnel d’une personne et son propre processus de maturation.

 

21. De tous vos échecs, lequel vous a été le plus profitable ? Une question astucieuse pour voir la capacité d’un individu à tirer des enseignements, à prendre du recul, à sortir grandi de situations difficiles, etc.

 

22. Y a-t-il quelque chose de bizarre ou de troublant qui vous arrive régulièrement ? Un moyen de savoir si un candidat exprime, sans le savoir lui-même, quelque chose qui suscite un même comportement chez les autres. Exemple : c’est toujours à moi à qui on demande son chemin dans la rue ? Une candidate m’a dit un jour que ses collègues masculins venaient toujours se confesser à elle sur leurs problèmes de couple. Elle s’est avérée très fine psychologue des hommes par la suite. Voire un peu trop. Une autre, que l’on s’adressait toujours à elle en dernier recours, quand tout avait été essayé et que rien n’avait marché. Elle avait effectivement beaucoup de sang froid et de capacité à imaginer des solutions nouvelles.

 

23. A propos de quoi avez-vous changé d’avis ou d’opinion ces dernières années et pourquoi ? Une belle question pour se faire une idée de la capacité d’une personne à dépasser des croyances, des préjugés, des opinions et à se remettre en question. Une question qui permet aussi de repérer les gens influençables.

 

24. Que croyez-vous vrai, bien qu’il ne soit pas possible de le démontrer ? Une interrogation parfaite pour isoler les purs cartésiens des autres, pour distinguer les gens les plus terre-à-terre, pour détecter les purs esprits scientifiques, pour introduire en douceur des notions religieuses par exemple. Récemment, un candidat a répondu “Que des gens aient réellement pu payer pour l’assassinat d’une personne sur la market place The Silk Road” (un site du darknet, fermé depuis).

 

25. Si vous ne pouviez travailler que trois heures par semaine pour faire votre job, que feriez-vous ? Pour déceler si une personne a le sens des priorités, cette question est parfaite. Elle offre aussi l’occasion de voir comment un individu s’organise sous la contrainte (manque de moyens, de ressources, de budget…). Enfin elle permet d’identifier l’aptitude d’une personne à trouver des relais, des leviers, des moyens pour faire avancer les choses.

Autant de questions difficiles à poser, certes. Mais le monde change. Les start-up bouleversent les codes établis, y compris ceux du recrutement. Coutumières des questions insolites, elles développent des cultures plus anglo-saxonnes, plus directes, plus disruptives. Charge à chacun de s’approprier ou non ces questions ou à minima de se les poser à lui-même, à titre personnel, pour peut-être apprendre à mieux se connaître.

 

BONUS

 

26. Si Internet venait à complètement disparaître, qu’est-ce qui changerait pour vous ? La question qui permet de voir à quel point la pratique professionnelle (entre autre) d’une personne est liée au digital et aux nouveaux modes de travail qui en découlent.

 

27. Les entreprises donnent des objectifs individuels à leur collaborateurs pour attendre des objectifs collectifs. Pensez-vous qu’il s’agisse d’un paradoxe ? La question permet de mesurer la capacité de tout un chacun à être politiquement incorrect, à se départir de la pure rationalité, à réagir avec sang froid face à une situation inédite, à challenger le statu quo.

%d bloggers like this: