Si vous comptez uniquement sur l’innovation qui émergera à l’intérieur de votre entreprise, vous êtes morts – Peter Diamandis[1]

 

Au menu

Le troisième cahier du livre Le digital à toutes les sauces accueille une dizaine de recettes qui aideront l’entreprise à innover et, mieux encore, à inscrire l’innovation au cœur de sa stratégie, si ce n’est en faire le leitmotiv de tous ses collaborateurs.

Les amateurs de recettes rapides et relativement faciles à réaliser se précipiteront goulûment vers les recettes 25, 27 et 29.

Celles et ceux qui préfèrent jouer la carte de la sécurité en privilégiant des méthodes désormais classiques d’innovation, préféreront les recettes 28, 31 et 32.

Les plus audacieux, qui voient à long terme, se plongeront dans les recettes 24, 30 et 33.

Les créatifs et gourmands d’originalité dégusteront avec joie les recettes 26 et 27.

Allez, aux fourneaux !

 

L’entreprise farcie à l’innovation

L’ère digitale a rendu l’innovation encore plus nécessaire

L’innovation est à présent entendue comme l’une des conditions de survie de l’entreprise. Par conséquent, jamais elle n’a autant préoccupé qu’aujourd’hui, sans qu’il y ait pour autant une unique voie pour la mettre en œuvre en entreprise. La preuve, en l’espace d’une quinzaine d’années, cinq familles de stratégies d’innovation des plus diverses ont émergé à l’initiative d’entreprises appartenant à des secteurs d’activité différents et dotées de cultures d’entreprises que tout oppose :

  • L’investigation: une stratégie consistant à investir massivement en recherche et développement, sans nécessairement connaître en amont les produits, les services ou les usages que les nouvelles technologies feront naître dans les prochaines décennies. IBM suit cette voie avec succès, semblant capable de remplacer d’anciennes activités par de nouvelles au fil du temps. Son intelligence artificielle baptisée Watson en est la meilleure illustration.
  • La focalisation: une approche de l’innovation consistant à délibérément limiter le nombre de produits vendus en se focalisant avec obsession sur un attribut du produit particulièrement différenciant. Apple représente parfaitement cette stratégie, ne lançant finalement qu’assez peu de nouveaux produits au regard du dynamisme et de l’intensité concurrentielle de son secteur, mais offrant une expérience utilisateur unique. La succession de l’iMac, l’iPod, l’iPhone, l’iPad, avec iTunes en trame de fond, ramène le temps moyen de lancement d’un nouveau produit par Apple à près de trois ans.
  • L’Open Innovation: une option stratégique dans laquelle l’entreprise noue des partenariats avec des sources d’innovation externes, comme InnoCentive, afin de lancer des produits imaginés hors des murs de son traditionnel département R&D et qui connaissent de véritables succès. Procter & Gamble a opté pour cette stratégie.
  • L’expérimentation: une stratégie retenue par Google, dans laquelle l’entreprise multiplie le nombre des expérimentations en tous genres, sachant que peu d’entre elles aboutiront. Les initiatives de l’entreprise de Mountain View, réunies sous le label Google X, en témoignent : Google Glass, les voitures autonomes, Google Loon, les lentilles connectées, les projets Wing, Makani Power, un bracelet luttant contre le cancer, Google ATAP, les projets Tango, Jacquiadi, Vault, Soli…
  • La polarisation: une voie consistant à partir d’un usage hyper-spécifique et à enrichir peu à peu une fonctionnalité centrale avec des innovations complémentaires, de nature à conférer encore plus de valeur à la première. Snapchat, WeTransfer, DropBox, PayPal et Skype ont adopté cette stratégie.

Que faire lundi matin, pour innover ?

Pour commencer, il convient de comprendre la nature et les nouveaux types d’innovations rendus possibles par le numérique puisqu’ils dépassent largement le simple produit. Ensuite, se familiariser avec la philosophie qui sous-tend l’innovation dans le monde digital constitue un impératif réel.

Pour continuer, la découverte de recettes devenues incontournables au sein des start-up et de plus en plus prisées par les entreprises plus traditionnelles s’impose. Pour finir, les méthodes permettant d’initier le processus d’innovation, de le déclencher, de créer le mouvement nécessaire à son épanouissement doivent être explorées.

Au passage, nous mettrons en lumière combien les acteurs traditionnels ont intérêt à s’approprier les recettes et les méthodes d’innovation issues du monde digital, tandis que les start-up ont très bien su s’approprier, parfois en les enrichissant, en les transgressant ou en les détournant de leur but initial, des méthodes qui pourtant leur préexistaient.

 

PS : J’apprécie vraiment que vous ayez pris le temps de me lire. Pour vous remercier, permettez-moi de vous offrir gratuitement les 75 premières pages de mon dernier livre Le digital à toutes les sauces en cliquant ici.

 


[1] Auteur, orateur, investisseur, fondateur et président de la fondation X Prize et confondateur et président exécutif de la Singularity University. Il est l’ancien PDG et cofondateur de Zero Gravity Corporation, cofondateur et vice-président de Space Adventures Ltd, fondateur et président de Rocket Racing League, cofondateur de l’International Space University, cofondateur de Planetary Resources, fondateur de Students for the Exploration and Development of Space et vice-président et cofondateur de Human Longevity Inc2.