Bonjour Jeanne Bordeau. Nous connaissons votre attachement à la langue. Selon vous, une écriture digitale émerge, l’intelligence artificielle est en train de tout bouleverser, les robots pourraient peut-être même parler mieux que nous à termes. Notre question qui tue : « Le français est-il une langue morte ? »

 

Une écriture digitale émerge, elle possède de nombreuses qualités. C’est une écriture sociale et conversationnelle, c’est une écriture démonstrative qui prouve avec des faits. Mouvante et créative, elle amplifie le maniement de l’émotion. Immersive et sensorielle elle permet de vivre une expérience. Le français, riche par sa grammaire et son vocabulaire, saura être rehaussé dans sa force d’expression.

L’Intelligence Artificielle permet d’ouvrir notre cerveau, d’étudier plus que jamais les mécanismes qui permettent à l’homme d’écrire et de parler. Et c’est pour le mieux. Pour les robots, qui ne possèdent pas d’émotion, ce que l’on voit progresser c’est la capacité à ordonnancer un discours, à le contextualiser et à remanier une langue plus structurée et réfléchie. Le français aime l’ordre, se prête à l’exercice de la logique.

Mais est-ce que les robots parleront mieux que nous à terme ? Jamais. Ils se servent du deep learning et de la capacité qu’ils ont à reprendre notre champ sémantique. Mais il manque à leur langue le maniement de l’émotion.

Oui les robots existent et peuvent transformer la perception en action mais ils ne peuvent pas avoir d’intention créatrice ni de message émotionnel. Le langage reste le propre de l’homme. Le français est en plus une langue de la nuance. Les millennials savent inventer mille jeux de mots.

L’homme possédera toujours cette zone irréductible du maniement de l’humour et de l’ironie que jamais un robot ne pourra s’autoriser. C’est le propre de la qualité du français. Il y a des zones extrêmement liées à la subtilité que le robot ne va jamais acquérir. Le sensible a sa raison d’exister dans l’élargissement de la langue. Les robots ne feront qu’imiter le français de l’humain.

On a trop souvent dans les entreprises parlé une langue autoritaire, déclarative, corsetée, voire ankylosée, qui desséchait notre langue ! En revanche, face à cette écriture libérée, l’Institut se bat pour sentir quels en seront les nouveaux codes et les nouvelles forces.

Tout territoire qui s’élargit doit fonder des codes communs d’échanges et de qualité.

Donc non, le français ne sera pas une langue morte. Le digital ne peut faire que bouger le français. Il va y avoir un nouveau langage. De nombreuses analogies et métaphores circulent. Il va y avoir une grammaire repensée pour se relier à l’époque et ses besoins. Soyons constructifs !

Merci Jeanne Bordeau

 

____________________________________________

Le principe de la Question qui tue et les règles du jeu sont simples :

1 – L’interview est composée d’une seule et unique question.

2 – Celui ou celle qui répond, doit le faire exclusivement par e-mail.

3 – L’interviewé a carte blanche et nous n’intervenons aucunement sur sa réponse.

4 – La réponse doit contenir à minima une dizaine de lignes, mais peut faire plusieurs pages.

5 – Toutes les photos, tous les liens hypertextes, toutes les vidéos, sont les bienvenues.

6 – L’interview est publiée sur le blog de Bertrand Jouvenot et sur Linkedin

7 – L’interviewé fera de son mieux pour répondre aux commentaires laissés sur Linkedin et Twitter notamment.

Share