Google est devenu tellement puissant que les professionnels qui dépendent de plus en plus de son algorithme s’arrachent les cheveux. Quels messages aimeraient-ils faire passer à la firme de Mountain View ? Pour le savoir nous avons posé notre question qui tue à l’un d’entre eux : Daniel Roch, à qui nous avons demandé : Si vous pouviez adresser une lettre à l’algorithme de Google, que lui écrieriez-vous ? Voici sa réponse.

 

 

Cher Google,

 

Tu permets à des millions d’utilisateurs dans le monde de faire des recherches pour s’informer, se déplacer, acheter des biens et services, ou encore se divertir. Tu rends ainsi service à de nombreux internautes, où qu’ils soient.

 

Malheureusement, ton activité n’est pas caritative : tu es une société comme les autres, et tu es donc à la recherche du profit. Et c’est tout à fait normal : tout le monde doit gagner de l’argent et payer les salaires de chacun et toutes les charges que l’on peut avoir.

 

Cependant, il faut garder en tête une idée simple : quel que soit notre métier, nous avons tous une responsabilité envers nos collaborateurs, nos clients, nos proches et le reste de la société. On ne peut malheureusement pas l’ignorer et continuer seul dans son coin son travail, son activité et son développement.

 

Google, tu es ainsi devenu un monstre (en termes de taille), et tu brasses ainsi des centaines et des centaines de millions de contenus et de sites dans le monde entier, dans des secteurs et des thématiques très différentes les unes des autres. Malgré le nombre de tes salariés, tu ne peux contrôler manuellement tous les résultats que tu proposes à chaque recherche.

 

Garde en tête une chose : afficher des résultats n’est pas toujours anodin. Tu as une triple responsabilité envers tes utilisateurs, mais aussi envers les éditeurs de sites et de contenus ainsi qu’envers la loi et la société dans son ensemble.

 

Il te faut absolument continuer l’amélioration de tes algorithmes pour éviter de proposer du contenu de piètre qualité aux internautes. Les référenceurs dont je fais partie s’amusent en effet beaucoup à te tester pour générer automatiquement du contenu à partir de traductions bancales, de génération automatique de texte ou encore plus simplement de vol de contenu. On retrouve ainsi des articles comme celui-ci en première page de ton moteur de recherche sur certaines recherches :

 

 

Cela marche encore de faire des contenus de ce type, et le web ne pourras pas s’améliorer tant que tu donneras toujours autant de visibilité à ce type de contenu.

 

Ensuite, comme je te l’ai dit, tu as aussi une responsabilité envers les éditeurs : derrière un site, on peut avoir un référenceur, mais surtout un passionné ou une entreprise. Il y a donc souvent des salariés, une activité et des vies. Tu ne devrais pas avoir un pouvoir aussi fort de vie ou de mort sur nos sites : préviens-nous avant de nous infliger des pénalités brutales et des baisses de trafic, cela nous aiderait (et nous forcerait) à faire du web un monde meilleur.

 

Et enfin, garde en tête que tu as une responsabilité sur les contenus que tu vas afficher : certaines URL à caractère sexuel devraient être mieux filtrées pour nos enfants par exemple. Mais pire encore, tu dois trouver le moyen de chasser et combattre tous les contenus incitant à la haine, aux complotisme et au révisionnisme, véritables fléaux de notre société moderne. On peut en effet trouver chez toi des articles conspirationnistes, racistes ou encore homophobes.

 

Bon courage à toi car ces différentes problématiques sont complexes à traiter en profondeur, mais je suis certains que tu pourrais en faire profiter à tes utilisateurs et a monde entier, et donc aussi à la fidélisation de ces derniers et à ta rentabilité.

 

Merci Daniel Roch

 


Le principe de la Question qui tue et les règles du jeu sont simples :

1 – L’interview est composée d’une seule et unique question.

2 – Celui ou celle qui répond, doit le faire exclusivement par e-mail.

3 – L’interviewé a carte blanche et nous n’intervenons aucunement sur sa réponse.

4 – La réponse doit contenir à minima une dizaine de lignes, mais peut faire plusieurs pages.

5 – Toutes les photos, tous les liens hypertextes, toutes les vidéos, sont les bienvenues.

6 – L’interview est publiée sur mon blog et sur Linkedin

7 – L’interviewé fera de son mieux pour répondre aux commentaires laissés sur Linkedin notamment.

%d blogueurs aiment cette page :