L’AI (Artificial Intelligence ou Intelligence Artificielle en Français) occupe les esprits des cerveaux (humains cette fois-ci) les plus en pointe. Du M.I.T. à l’Ecole Polytechnique en passant par l’école 42, la question : « A quoi ressemblera et à quoi servira l’intelligence artificielle ? » est sur tous les claviers.

Les recherches les plus avancées permettent d’ores et déjà d’envisager une réponse. Il n’y aura pas une mais des intelligences artificielles. Chacune d’elle sera proprement inhumaine. Telle l’intelligence artificielle qui conduira notre voiture à notre place et à laquelle nous demanderons exclusivement de se concentrer sur la route et sur la conduite, dans des proportions inhumaines, sans déconcentration aucune, sans tenir une conversation simultanément, sans se stresser par crainte d’être en retard au prochain rendez-vous, sans réfléchir à ce qu’elle va bien pouvoir faire à manger ce soir, sans être distraite par le dernier modèle de Tesla qui la double, sans être attentive à la musique que joue la radio mp3…

Charge à l’homme, à la réalité et au monde entier de continuer à générer des data dont les machines se nourriront. Charge également à nous d’organiser, d’orchestrer et de maîtriser la manière dont les machines nous rendront service.

Share