À la base, notre cerveau est fait pour survivre et se reproduire et non pas pour poster des photos de soi sur les réseaux sociaux, jouer aux jeux vidéo où regarder des entrepreneurs lancer leurs voitures dans des fusées. Pourtant l’hyper accélération en cours nous impose de nous adapter. Oui, mais comment ? L’auteur de Petites habitudes, grandes réussites nous répond.

1.Bonjour Onur Karapinar, pourquoi avoir écrit ce livre… maintenant

Bonjour Je suis obsédé par tout ce qui touche à l’optimisation du potentiel humain. La question centrale à laquelle je tente de répondre dans mon travail est la suivante : quels sont les ingrédients qui font la réussite personnelle et professionnelle ?

Pour répondre à cette question, j’ai parcouru énormément de contenus. J’ai lu des milliers d’articles, j’ai regardé des conférences et écouté des podcasts de personnes exceptionnelles qui partagent ce qui leur a permis de réussir à haut niveau. Je me suis mis à résumer les meilleurs best-sellers et à en partager les principales leçons et bonnes pratiques que quiconque peut expérimenter pour devenir un meilleur leader, un entrepreneur plus efficace, un penseur plus réfléchi, un citoyen plus averti.

À l’issue de mes recherches et de mon cheminement personnel, un élément m’a frappé…

Plus de 90 % des contenus que j’ai consultés sont anglophones ! Il s’avère que, par un concours de circonstances historiques, la langue anglaise est internationale ; elle est comprise par plus d’un milliard de personnes dans les quatre coins du monde pour fluidifier les échanges commerciaux. La langue anglaise est aussi la langue du web.

J’étais surpris de constater qu’il existait autant de ressources qualitatives en anglais dans pratiquement tous les sujets possibles et imaginables que ce soit de la productivité, de la santé, du développement personnel, et des relations sociales.

La raison en est simple, il y a 10 fois plus de locuteurs anglais que français et donc 10 fois plus de personnes pour réfléchir et créer du contenu autour de ces thématiques. De plus, grâce à l’Internet, nous avons assisté à l’émergence d’entrepreneurs du web qui crée des services et des produits autour de besoins de niche bien précis.

Par conséquent, il n’a jamais été aussi simple et rapide de trouver un contenu qui correspond à ses besoins ou à ses envies. Mais le revers de cette instantanéité et qu’il est aussi très facile de se laisser inonder par ce torrent d’informations qui peut finir par nous frustrer dans son excès. Et encore avec la quantité incalculable d’informations que nous produisons chaque jour, ce phénomène d’infobésité n’est pas prêt de s’enrayer. Les ingénieurs les plus brillants de notre génération sont en train de concevoir des intelligences artificielles pour traiter ces mega-tonnes de données. L’historien Yuval Noah Harari va même jusqu’à penser que l’humain, dans son incapacité à appréhender la complexité de toutes ces données, va progressivement déléguer son autorité de décider à des algorithmes qui détiennent la puissance de calcul nécessaire pour traiter ces données et nous dire quoi en faire !

Le problème de cette hyper accélération et que personne n’a appris à naviguer dans des eaux aussi agités. À la base, notre cerveau est fait pour survivre et se reproduire et non pas pour poster des photos de soi sur les réseaux sociaux, jouer aux jeux vidéo où regarder des entrepreneurs lancer leurs voitures dans des fusées.

On en a fini par croire que la réussite est une affaire de court terme. Les médias ne cessent de promouvoir des personnes qui ont accompli des projets ou des prouesses exceptionnelles sans chercher à contextualiser et montrer les efforts qui ont été pourtant nécessaires pour parvenir à une telle réussite. Les réseaux sociaux nous font voir les choses dans une perspective étrange et nous incitent à nous montrer sous nos meilleurs jours pour satisfaire notre ego.

Résultat… cette société malade de croissance nous incite à penser comme des lièvres, c’est-à-dire au court terme, plutôt que comme des tortues, c’est-à-dire à long terme. On en voit les retombées négatives dans tous les pans de notre civilisation. On peut remarquer cela soit dans un ordre de grandeur mondial comme la mauvaise redistribution des richesses, l’épuisement des ressources, l’effondrement écologique ou d’un ordre de grandeur individuel que l’on peut observer lorsqu’un parent ayant grandi avec cette perspective court-termiste finit par déléguer l’éducation de ses enfants de 2-3 ans à des tablettes parce qu’il est « fatigué » parce que lui demande la société.

On finit par en oublier le pragmatisme qui se rattache à tout grand succès : derrière de grandes réussites se cachent des milliers de petites bonnes décisions prises au quotidien qui ont fini par devenir des habitudes qui, dans le temps, ont produit un changement remarquable.

Si vous prenez n’importe quelle personne insatisfaite de sa vie, vous pourrez en remonter les causes dans ses mauvaises habitudes qui l’ont empêché de devenir la personne qu’elle voulait être, de monter sa boîte, de trouver l’amour ou d’avoir un entourage de qualité.

Nous sommes ce que nous faisons par répétition. En raison de leur grand pouvoir, les habitudes représentent l’un des meilleurs moyens pour reprendre le contrôle de sa vie, atteindre ses objectifs et libérer son plein potentiel.

Si j’ai écrit ce livre aujourd’hui, c’est parce qu’il n’existait aucun contenu francophone qui aborde et présente ce sujet essentiel que sont les habitudes. J’invite les lecteurs au pragmatisme et à la proactivité. Dans mon livre, on pense à long terme car on sait que le changement nécessite de la patience. On appréhende les efforts longs et soutenus dans le temps. On cultive la sérénité et la confiance grâce à des petites habitudes qui nous permettent de sortir des boucles stériles et de d’orienter notre énergie dans la bonne direction.

2. Une page de votre livre, ou un passage, qui vous représente le mieux ?

Je suis partagé entre l’introduction et la conclusion. Dans l’introduction, je raconte un peu mon histoire, ma revanche sur la vie, ce que j’ai appris sur les habitudes, comment et pourquoi j’ai écrit mon livre et comment il sera utile à tout le monde.

Quant à la conclusion, elle résume le grand pouvoir des habitudes en mentionnant l’effet cumulé, le fait que changer sa vie positivement ne nécessite pas de réinventer sa vie ou de fournir les efforts colossaux. Il suffit de décider de la personne que l’on veut être et d’en fournir les preuves au quotidien en prenant les bonnes décisions, en s’améliorant de 1 % chaque jour.

Ainsi, j’ai choisi un passage issu de l’introduction de mon livre.

Extrait de Petites Habitudes, Grandes Réussites : 51 pratiques inspirantes pour devenir la meilleure version de soi-même par Onur Karapinar

Ce que j’ai appris sur les habitudes

Vous êtes-vous déjà demandé comment certaines personnes obtiennent ce qu’elles veulent ? Ou pourquoi des personnes sont-elles en meilleure santé, plus efficaces et épanouies au travail, dans leurs relations sociales et dans leur vie personnelle ?

Après de nombreuses recherches, j’ai découvert que les personnes les plus performantes partagent souvent les mêmes tendances ; elles ne se laissent pas piéger par le plaisir immédiat, elles concentrent tous leurs efforts dans leur travail pour en recueillir les bienfaits à long terme et, surtout, elles ont toutes des habitudes incroyables. Autrement dit, la réussite ne dépend pas de qui vous êtes, mais de ce que vous faites.

Une habitude est un comportement ou une routine répétée tellement de fois que cela en est devenu plus ou moins automatique. De la manière dont nous occupons la première heure de notre journée à ce que nous finissons de faire avant de nous coucher, nos habitudes guident subtilement notre vie quotidienne. Des petits changements sans importance en apparence, comme économiser un euro ou fumer une seule cigarette, pourraient être à l’origine de vos plus grandes réussites, ou problématiques, si vous êtes prêt à les conserver pendant des années. Nous faisons tous l’expérience de l’échec à différents degrés, mais la qualité de notre vie dépend, à long terme, de la qualité de nos habitudes. Si vous conservez les mêmes habitudes, vous obtiendrez toujours les mêmes résultats. Mais avec de meilleures habitudes, nous pouvons tous changer, gravir les échelons de la grandeur et atteindre l’excellence.

Sur ce principe, ma stratégie consistait à développer des habitudes saines qui devaient se traduire par des bénéfices à long terme. Avec le temps, j’ai accumulé de bonnes petites habitudes qui m’ont mené à des résultats dépassant mes espérances. Progressivement, j’ai constaté de nombreux changements. Je suis devenu plus efficace, plus productif, moins anxieux, moins stressé et surtout je vis mieux. Je me suis inspiré des meilleurs pour libérer mon potentiel. Les changements ont été tels que je suis convaincu que chacun peut y parvenir, et ce livre va vous aider à réaliser votre potentiel.

Supposons que vous lisiez dix pages d’un livre avant de vous endormir. Cela ne vous rendra pas plus intelligent ou plus créatif, mais que se passerait-il si vous le faisiez pendant un an ? Dix pages par jour, c’est 3 650 pages par an. Cela représente au moins quinze bons livres qui peuvent changer votre façon de résoudre des problèmes, d’acquérir de nouvelles compétences et de changer votre perception du monde. En quatre ans, vous aurez lu autant de livres, sinon plus, qu’un doctorant ou un grand patron du CAC40 en une seule année. Vous pourriez décider de partager vos connaissances, gagner une audience, développer une expertise et pourquoi pas… écrire un livre. À votre avis, comment en suis-je arrivé jusqu’à vous ?

Le fait que de petits changements peuvent mener à de grands succès peut sembler contre-intuitif. Tout le monde aspire à un changement radical, mais on ne se rend pas compte que les petites habitudes que nous adoptons chaque jour s’additionnent, cumulent et finissent par nous transformer au point d’influencer grandement notre avenir.

Mon expérience m’a permis de tirer une leçon essentielle : le succès est le résultat de bonnes petites habitudes qui peuvent mener à de grands résultats avec le temps. Comme le disait Jim Rohn, conférencier reconnu dans le développement personnel, « le succès n’est rien de plus que de simples disciplines pratiquées chaque jour et l’échec n’est rien de plus que la répétition de quelques erreurs chaque jour ». La clé pour faire de grands changements dans votre vie ne doit pas impliquer de bouleversements majeurs ; vous n’avez pas besoin de vous réinventer. Au lieu de cela, vous pouvez adopter de minuscules modifications à votre comportement, qui, si elles sont répétées à plusieurs reprises, deviendront des habitudes qui peuvent produire de grands résultats. En appliquant consciemment de bonnes routines, vous vous placez objectivement dans des conditions de réussite. La bonne nouvelle, c’est que ce n’est pas seulement réservé aux athlètes exceptionnels, aux entrepreneurs expérimentés ou aux leaders qui bénéficient d’un bon soutien, cela est accessible à tous.

3. Les tendances qui émergent à peine et auxquelles vous croyez le plus ?

Oui, il est complètement absurde de maintenir une croissance infinie dans un monde aux ressources finies. Je renvoie aux travaux de Jean-Marc Jancovici, un excellent vulgarisateur des questions d’énergie de changement climatique, qui pose très bien le constat et de la nécessité d’opérer urgemment une transition énergétique et que cela passe par la décroissance. J’invite vos lecteurs à regarder cette entrevue qui s’intitule « Jean-Marc Jancovici et Philippe Bihouix : Effondrement et croissance » de la chaîne Youtube Thinkerview qui aborde les problématiques et les enjeux liés à la croissance et à l’effondrement qui arrive. C’est éblouissant de pragmatisme.

Il y a aussi les travaux de Pablo Servigne et de Raphaël Stevens qui ont initié la collapsologie et qu’ils définissent comme « l’exercice transdisciplinaire d’étude de l’effondrement de notre civilisation industrielle et de ce qui pourrait lui succéder, en s’appuyant sur les deux modes cognitifs que sont la raison et l’intuition et sur des travaux scientifiques reconnus ».

Au regard de certaines décisions prises par nos ancêtres et de l’inconscience collective des conséquences à long terme de notre consommation, notre génération et tous ceux qui suivent ne connaîtront pas le mode de vie auquel certains d’entre nous on pu connaître. Autrement dit, la fête est finie et il va falloir se serrer la ceinture.

L’époque que nous vivons est absolument fascinante. Dans toute l’histoire de l’humanité, jamais nous n’avons eu aussi peu à nous soucier de notre survie que nos précédents ancêtres. Mais il est aussi paradoxal de constater que la survie de l’humanité — si l’on est dans l’espoir de durer — va dépendre d’un grand élan mondial, de politiques austères et unilatérales.

C’est à la fois extrêmement fascinant, mais aussi extrêmement préoccupant, il n’a jamais été aussi essentiel que de compter sur le bon sens, le bien commun, et l’humain dans sa capacité à s’adapter à toute situation et à collaborer avec autant de ses semblables dans l’intérêt de sa survie.

Bien entendu, je comprends la frustration qui pourrait parcourir certains de vos lecteurs à la découverte de ce sujet. Mais il est vital de revenir à l’essence même de ce qui nous constitue, nous sommes des animaux sociaux. Notre vie même dépend de relation que nous entretenons avec autrui. J’ai espoir que nous retrouvons le bon sens dans notre civilisation à travers une collaboration saine qui, éclairée par la prudence et la sagesse, nous empêchera d’arriver à un seuil de non-retour. Revenons à l’essentiel, tout commence par nos habitudes de travail, de vie, et de consommation qui sont à revoir.

4. Si vous deviez donner un seul conseil à un lecteur de cet article, quel serait-il ?

Oubliez les résultats grandiloquents qui frustrent et ne vous conduiront nulle part. Concentrez-vous plutôt sur des petits changements qui, en apparence, ont l’air insignifiants dans le moment présent, mais qui pourront vous conduire pas à pas et naturellement à ce que vous souhaitez accomplir votre vie.

Ainsi, à partir de maintenant, engagez-vous à lire au moins une phrase d’un livre chaque jour. Cela va peut-être sembler difficile à croire, mais cette toute petite habitude est ce qui m’a conduit à écrire ce livre. Si vous êtes habitué à lire, alors vous pourrez vous informer et vous former sur pratiquement n’importe quoi. Elon Musk est devenu l’un des plus grands experts de fusée en lisant des centaines d’ouvrages sur le sujet. Aujourd’hui, il crée et lance des fusées avec son entreprise SpaceX. Tout cela n’aurait pas été possible sans cette toute petite habitude de lecture qu’il a cultivée très tôt.

5. En un mot, quels sont les prochains sujets qui vous passionneront ?

Au regard des trois plus grandes problématiques qui menacent l’avenir de l’humanité — des guerres nucléaires, l’effondrement écologique, la surpuissance de l’intelligence artificielle — et qui nécessitent de faire le lien entre la politique et la science, nous devons être extrêmement bons sur l’éducation, les softs skills et l’apprentissage qui, selon moi, sont extrêmement porteur de sens à l’aube de ce XXIe siècle. Cela relève de l’avenir de l’humanité.

Nelson Mandela disait que l’éducation est l’arme la plus puissante pour changer le monde. Je crois qu’avant de chercher à changer quoi que ce soit dans le monde, nous devons commencer à changer nos habitudes dans l’intérêt d’incarner l’identité qui nous guide dans la bonne destination. Une fois que l’on retrouve le contrôle de sa vie, nous pouvons aider quiconque à en faire de même à son échelle, pas à pas. Nous devenons ainsi un contributeur en prenant part à la réalisation d’un projet de bon sens et de bien commun plutôt que d’être un consommateur passif et servile qui épuise l’énergie d’autrui. Il s’agit d’inspirer les autres par son d’exemplarité.

Ma mission est d’inciter les personnes à devenir la meilleure version d’elle-même de manière à ce qu’ils puissent vivre en accord selon leurs aspirations. Je cherche avant tout à diffuser des habitudes saines afin d’aider quiconque à reprendre le contrôle de sa vie, à atteindre ses objectifs et à libérer son plein potentiel. Tous mes travaux, mes produits et mes services à venir tourneront autour de cette mission. J’invite vos lecteurs à vous abonner à ma newsletter pour tous ceux qui veulent améliorer leurs habitudes et passer à l’action.

Merci Onur Karapinar

Le livre : Petites habitudes, grandes réussites, Eyrolles, 2019