La manière dont les entreprises gèrent leur capital est devenue un bon indicateur pour déterminer leur capacité de survie.

La gestion du capital est devenue une question cruciale pour les entreprises, si bien qu’à l’avenir, elles devront sérieusement s’atteler à la question de sa productivité. Malgré des efforts et des discours affichés au sujet de la bonne allocation du capital, de sa bonne gestion et de sa saine utilisation, les entreprises de l’ancienne économie mériteraient un bonnet d’âne. Les secteurs « à forte intensité capitalistique », comme l’immobilier, l’énergie ou l’industrie, sont les premiers concernés. Le McKinsey Global Institute s’est penché sur quarante projets d’ampleur nécessitant un investissement initial d’au moins un milliard de dollars. Les principales conclusions sont alarmantes :

– 40% des projets ont finalement coûté 80% de plus que ce qui avait été initialement estimé pour leur réalisation ;

– en moyenne, le capital nécessaire pour mener à bien les projets était supérieur de 40% à l’estimation initiale.

Dans un contexte où des pays émergents, de nouveaux entrants sur le marché et des entreprises innovantes abordent la question de l’utilisation du capital d’une toute autre manière, ces résultats sont pour le moins inquiétants.

Le 24 septembre 2014, un groupe de scientifiques, d’ordinaire dotés d’un sérieux à toute épreuve, se livrent soudainement à une explosion de joie. La raison ? La mission spatiale à laquelle ils ont travaillé depuis des années, vient de réussir. 

Lire la suite sur Hbrfrance.fr