Les liens courts ont envahi le web depuis que Twitter a imposé la limite de 140 caractères. Petit problème. S’ils présentent nombreux avantages, ils peuvent parfois permettre à n’importe qui d’accéder, en un rien de temps, aux statistiques de votre site. Voici la preuve.

 

Lorsque Twitter est apparu, la limitation à 140 caractères des messages a vite posé un problème : la longueur de certaines adresses Internet occupaient une large part de de ces 140 caractères. Un exemple :

https://www. amazon.fr/digital-%C3%A0-toutes-sauces/dp/1983834785/ref=sr_1_1?ie=UTF8&qid=1530181787&sr=8-1&keywords=Le+digital+%C3%A0+toutes+les+sauces 

Cette adresse web, qui renvoie à la page d’un livre sur Amazon, compte à elle seule 150 caractères. Elle n’aurait donc pas pu être insérée dans un message Twitter et aurait laissé peu de place aux quelques mots qui auraient dû l’accompagner, comme « Découvrez ce nouveau livre » ou « Un livre passionnant à lire sans attendre » ou « Le livre qu’il faut lire en ce moment », etc.

Une solution est vite apparue. Elle s’appelle les raccourcisseurs d’URL. Leur technologie permet de transformer une adresse web initiale (URL) en des liens plus courts, pour partager des contenus sur la toile.  C’est simple et souvent gratuit. Un exemple avec l’adresse web mentionnée ci-dessus. Une fois passée au travers des fourches caudines du raccourcisseur d’URL d’Amazon, elle devient : https://amzn.to/2l26LlU et tombe à 23 caractères, au lieu de 150 initialement.

De la place est ainsi libéreée pour pouvoir écrire par exemple « Découvrez le nouveau livre, Le Digital à toutes les sauces, de Bertrand Jouvenot en cliquant ici : https://amzn.to/2l26LlU »

Le marché des raccourcisseurs d’URL est très dynamique. TinyURL est le pionnier. Le leader incontesté s’appelle Bitly et revendique quelques 600 millions d’adresses web raccourcies par mois. Google a naturellement sa propre solution : goo.gl. Rebrandly s’affirme comme un challenger à suivre. Tynic propose une impressionnante liste d’une centaine de fonctionnalités. Su.pr, Lc.cx et le marseillais Past.is sont à suivre de près.

Des millions de liens courts, réalisés grâce à Bitly circulent donc sur la toile chaque jour.

Or, il existe un petit hack tout simple pour accéder aux statistiques d’une page dont l’adresse a été raccourcie avec bitly.

Prenons par exemple cette page YouTube qui présente une vidéo d’Europe 1, consacrée au piratage de 500 millions de comptes mail de Yahoo!

Son adresse raccourcie avec Bitly est :

http://bit.ly/radioE1

 

Il suffit tout simplement d’ajouter le signe « + » à la fin de l’URL raccourcie, comme ceci, puis de taper [Entrer] :

http://bit.ly/radioE1+

Le tour est joué, voici les véritables statistiques de cette vidéo :

 

37 908 vues. Sans compter les autres données précieuses qu’il est possible de découvrir en entrant par cette porte…

Certes, les sites des réseaux sociaux fournissent déjà des informations sur les performances des contenus (nombre de vues, de likes, de partages, etc.) mais pas les sites corporate, les sites des e-commerçants, ou des medias, ou encore des start-up.

Curieusement, Bitly n’utilisent pas de raccourcisseurs d’URLs pour son propre site web, mais plus des adresses comme :

https://bitly.com/pages/link-management?utm_content=site-lmp-page&utm_source=organic&utm_medium=website&utm_campaign=null&utm_cta=web-blank-blank-topnav-linkmanagement-none-linkmanagement pour la page qui présente sa solution.

Ou encore :

https://bitly.com/pages/enterprise?utm_content=site-enterprise-topnav&utm_source=organic&utm_medium=website&utm_campaign=null&utm_cta=web-blank-blank-topnav-enterprise-none-enterprise pour la page de présentation de l’entreprise.

Allez-donc savoir pourquoi ?

Share